© Alain Volut all.rights reserved
Electa Napoli 2000 ombre,
trilogia

Ombre, trilogia
bilingual catalogue
(Italian and French),
31 B/W images, 13 colour images,
texts by Bernard Noël and
Arturo Carlo Quintavalle,
published by Electa Napoli,
Naples, 2000.

 

LE GOUT DE L’OMBRE

«Tu les regardes : ils sont là et ailleurs, dans le présent et dans le passé. Tu aimes que leur immobilité soit faussée par le geste qu’ils continuent de faire : un geste qui est au corps ce que l’instantané est à l’image…Tu suis des yeux ceux qui passent, ceux qui s’accoudent, ceux qui reculent. Tu as le sentiment que, de tous ces mouvements, un figure va naître, une sorte d’idéogramme qui donnera un sens à ta presence au croisement de tous ces visages et de tous ces gisants. Tu devines que cela pourrait prendre la forme d’un silence dont la flamme d’air flotterait au-dessus de l’un de ces personnages de plâtre coulés dans le vide que laissa leur corps en fondant. Tu revois soudain la pluie de pierres : pourquoi ne pas en disposer quelques-unes de manière à faire surgir en pointillé un corps disparu, et qui semblerait ainsi en train de remonter du fond de la terre…Tu apprécies cette hesitation entre l’image, le caillou, l’humain et le mineral...Tu t’arrêtes devant une paroi grise : c’est un miroir qu’enfument les siècles et, là-bas, vers le fond du temps, se tiennent les ombres. Tu ne sais pas qui est debout au milieu des plis d’un vêtement aux drapés innombrables : un homme, une femme, un génie, ou pourquoi pas un ange ?...Tu cherches un point de vue qui donnerait sur le temps advantage que sur l’espace : une sorte de veine temporelle passant à travers le présent, et par laquelle ton regard irait prélever des échantillons de l’autre vie…Tu as l’impression d’avoir frôlé l’Image, non pas celle qui figure, mais celle qui exprime…Tu laisses là ton squelette en projet et tu retournes vers les cages de verre et te vient le désir de savoir non pas qu’est-ce que le temps mais en quoi est-il ?... Tu revois le grand Abandonné cloué au sol par les cailloux qui le composent ; tu vois les grands dormants qui ne se réveillerons plus jamais parce que ne fut fossilisée que leur absence…Tu te demanderas plus tard : Qui est-ce ? Ou bien : Qui est là ? Et ce sera peut-être l’amour et son paradis perdu à moins que, devenu enfin l’ombre de toi-même, tu ne te reconnaisses plus dans l’attitude qui fut ton dernier geste...”

Bernard Noël

 

 

home gallery installations exibitions books publications biography sales contacts